A Cuers Vaillants

A Cuers Vaillants

Forum de La Compagnie A Cuers Vaillants, association, loi 1901, de reconstitution médiévale.


    Que buvait-on

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 96
    Date d'inscription : 19/12/2010
    Age : 44
    Localisation : mesnil saint pere (10) AUBE

    Que buvait-on

    Message  Admin le Jeu 12 Sep - 9:40

    Grande question... Que buvait-on? Voici à ma connaissance 1 petit condensé qui permettra de se renseigner 1 peu plus.

    Les gens du Moyen-Age boivent de la cervoise (orge et épeautre fermentés) souvent parfumée d’herbes. La  « boisson principale » était le vin : en effet l’eau pouvait souvent être contaminée et ainsi rendre malade  (dysenterie).  Avec le vin, pas de problème ! Le vin de l’époque avait un faible titrage et ne se conservait guère plus  d’une année.
    On s’abreuve aussi à l’époque médiévale d’hydromel, d’hypocras, la célèbre boisson du Moyen-Age, et de vin. Au XIème siècle, on consommait surtout du vin blanc, mais à partir du XIIème siècle, la préférence va au vin rouge, il faudra attendre l’époque de Charlemagne et surtout les monastères du XIIe siècle (encore les saints hommes !) pour que la viticulture connaisse un nouveau développement en quantité et surtout en qualité…
     
    A partir du XIème siècle les épices sont apparues en Europe avec les premières croisades et de façon plus étendue par la suite avec la découverte de contrées plus lointaines. Ces épices étant alors très rares et très chères, il est  très prisé de les ajouter dans le vin. Outre une manière de masquer l’acidité du vin, c’est aussi une manière intelligente au seigneur d’affirmer son faste et sa puissance lors des festivités !

    Les vins épicés sont donc des éléments importants dans la diététique médiévale et renaissance, ils sont intégrés à leur pharmacopée réglant leurs problèmes gastriques.

    Il faut savoir qu’à l’époque, l’alcool fort est encore du domaine médical, seuls les médecins et les apothicaires possédaient des alambics, on a donc l’habitude de boire au début ou à la fin du repas des vins épicés.

    Ainsi, les épices ne sont pas là que pour masquer la piètre qualité des mets ou des vins, elles ont des fonctions bien précises, celle d’affirmer la puissance et celle, non négligeable, de soigner ! Elles sont également assimilées au paradis, ainsi  plus on en ingurgite plus l’on a de chance d’y accéder ! Et dans une société médiévale et renaissance où la conscience religieuse est très forte dans la vie quotidienne, ce  n’est pas anodin.

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 1:41